Dans les premiers jours du Gouvernement, nous avons été tolérants et considérés les couacs comme des réglages nécessaires. Nous nous positionnons comme une opposition rigoureuse mais constructive.

Alors que le Premier Ministre annonce ce matin l’annulation de la loi logement par le Conseil constitutionnel sans que ce dernier d’ailleurs n’ait officiellement encore statué, une première sous la Ve République, le Sénat a déclaré, hier, irrecevable la proposition de loi sur l’énergie, Jean-Christophe Lagarde, porte-parole du groupe UDI, Maurice Leroy et Philippe Vigier, porte-parole de l’UDI dénoncent l’impréparation et la légèreté du Gouvernement sur des sujets essentiels pour les Français.

 » Régulièrement, nous avons dénoncé la méthode du Gouvernement et son mépris du travail parlementaire (amendements présentés en séance, accélération du calendrier des travaux …) et pourtant nous avons voté la création des emplois d’avenir et la loi contre la vie chère en Outre-Mer considérant, que ces lois bien qu’imparfaites allaient dans le sens de l’intérêt général.

Mais aujourd’hui, nous ne pouvons que constater que le Gouvernement, pris de panique cet été, a convoqué une session extraordinaire en septembre pour débattre et voter 3 textes dont deux sont déjà « morts » : la loi logement rejetée au conseil constitutionnel et le texte énergie déclaré irrecevable au Sénat.

L’UDI demande aujourd’hui au Gouvernement de se ressaisir. Le temps de la dénonciation de l’héritage ou des coups de com’ consistant à cocher les engagements de François Hollande en proposant au Parlement des textes mal préparés doit être révolu. Le Gouvernement marche aujourd’hui sur les promesses faites aux Français. Aussi, nous lui demandons de prendre en compte la crise réelle du logement et la précarité énergétique en proposant deux nouveaux textes cohérents. Nous lui demandons de ne plus être dans le simple constat de la crise mais d’offrir des solutions réelles aux millions de Français en recherche d’emploi, aux milliers d’entreprises qui souhaitent produire sereinement dans un pays qui ne les rejette pas. Nous lui demandons d’être responsable. Gouverner c’est agir au-delà des dogmes et dans l’intérêt général. »

Publicités